img

Essai Honda Rebel : CMX 1100 au Pays Basque

A l’occasion du festival Wheels and Waves, Honda nous a invités à essayer ses « custom » CMX 500 et 1100 Rebel. En route vers Wheels and Waves !     Plus d’embrayage La 1100 est dans les concessions depuis 2021. En marron glacé ou en noir métallisé, elle est équipée du bicylindre de l’Africa Twin et de sa boîte robotisée DCT (en option). Un peu bizarre de ne plus avoir de levier d’embrayage à main gauche ! On appuie sur un bouton, à droite, pour mettre la machine sur drive, et la moto se met en mouvement sur un filet de gaz. Première mise en garde, il n’est plus permis de mettre de grands coups de gaz à l’arrêt pour faire le cake : la moto décolle instantanément et va se planter dans ce qui est devant. Il paraît qu’il y en a qui ont déjà réussi à faire des roues arrière incontrôlables comme ça avec une Goldwing DCT ! Bonjour les dégâts… Avec une esthétique chopper, la CMX 1100 est une fine guêpe malgré son gros moteur. L’Afrique au coeur La Rebel 1100 est une moto faite pour cruiser avec les pieds devant et une selle basse. Les combinés arrière font efficacement leur travail mais ça tape un peu dans les vertèbres eu égard à la position de conduite sur les grosses compressions. Le frein est efficace mais le train avant un peu lourd, ce qu’on ressent quand on roule trop vite pour la philosophie de la machine. Comme il y a 87 chevaux au vilebrequin et 9,7 daNm de couple, la tentation est grande de chercher les limites de la machine. Le moteur est quand même dégonflé par rapport à l’Africa Twin qui en affiche une centaine. Bien qu’elle puisse être équipée d’une boîte de vitesses dernier cri, la CX 1100 reste fidèle à la transmission par chaîne. Pour ou contre le DCT Le concept de boîte automatique est intéressant, car on oublie complètement de passer les vitesses. Il existe quatre modes, sport, normal, pluie et un dernier paramétrable quand on sait exactement ce qu’on veut en termes de puissance, frein moteur et autres. Le mode sport en ville n’est pas recommandé à cause des à-coups, mais en montagne il prend tout son sens car le mode standard empile les rapports. Qu’on se rassure, les traditionalistes pourront se passer de DCT (qui reste une option à 1000 €). La Rebel 1100 est ainsi proposée à 10849 €, un tarif très bien placé pour une 1100, par exemple la W800 de Kawasaki est quasiment au même tarif ! On vient vite au bout de la garde au sol en montagne La Hawk 11, le café racer semi-caréné qu’a sorti Honda en début d’année est équipé d’une telle boîte. Mais il semblerait que ce modèle n’est pas encore d’actualité en Europe, Honda se concentrant sur les modèles déjà présents dans la gamme, en raison des difficultés d’approvisionnement actuels. Dommage, car une belle machine routière équipé d’un tel moteur d’un minimum de protection et d’un plus gros réservoir (13,6 l sur la CMX) séduirait assurément les gros rouleurs.   L’article Essai Honda Rebel : CMX 1100 au Pays Basque est apparu en premier sur Cafe Racer.

×