img

EDF, Renault Trucks... Préjudice d’anxiété, montée d’angoisse pour les industriels

Jeudi 8 avril, le Conseil Des Prud’hommes de Lyon a rendu son délibéré concernant 1 200 salariés de Renault Trucks qui invoquaient un préjudice d’anxiété pour avoir été exposés à l’amiante sur leur lieu de travail. Quelques jours plus tôt, EDF se voyait condamné sur ce même fondement à indemniser 200 salariés. Retour sur le « préjudice d’anxiété », notion relativement récente, qui ne cesse de prendre l’ampleur et de toucher de plus en plus de secteurs, bien au-delà de la question spécifique de l’amiante.

×