Moto2 Interview Luca Boscoscuro : Alonso López et Fermín Aldeguer, le rêve de Speed Up.

img

L’ancien pilote de haut niveau Luca Boscoscuro est l’âme de Speed Up qui se bat contre l’armada Kalex en Moto2. Après Fabio Quartararo, il lance maintenant deux talents espagnols, Alonso López et Fermín Aldeguer.

Par Diana Tamantini / Corsedimoto.com

À Silverstone, Alonso López a attiré l’attention sur lui en réalisant un parcours de champion. Une fois de plus, les projecteurs se sont braqués sur l’équipe Speed Up de Luca Boscoscuro, engagée dans la tâche pas si facile de contenir l’armada Kalex en Moto2. Le constructeur de Vicence est un protagoniste de la nouvelle catégorie intermédiaire depuis son introduction à la place de la catégorie historique des 250cc, cette année avec Alonso López (qui est arrivé en course à la place de Romano Fenati) et Fermín Aldeguer, deux jeunes talents espagnols qui impressionnent. A-t-il déjà pensé au MotoGP ? Ceci et plus encore dans notre entretien avec l’ancien pilote et fondateur de la marque.

Vous revenez d’un grand week-end à Silverstone… « Je suis évidemment très heureux de la façon dont ça s’est passé. Nous avons un pilote débutant qui, pour son sixième GP avec nous, a dominé la course jusqu’à deux virages de la fin. Vous ne pouvez pas demander plus que ça ! L’autre pilote qui l’a battu est présent au championnat du monde depuis 2017. »

A-t-il eu des regrets concernant l’arrivée ou pas ? « Un peu oui, bien sûr qu’il était désolé, mais il faut voir les choses en général. Logiquement, s’il avait gagné, cela aurait été la cerise sur le gâteau, mais dans tous les cas, il a couru comme un champion ! Quelqu’un qui décide de prendre la tête, de mener et de commander tout le groupe… Vous n’avez qu’à le féliciter. »

Une course un peu surprenante ? « Il avait déjà mené la course pendant sept tours en Hollande. Mais je ne m’attendais certainement pas à ce qu’il progresse si vite, cela n’est pas si « normal ». Il fait quelque chose de spécial, il est très, très bon ! »

 

 

Peut-on considérer Alonso López comme un « pari gagnant » ? « Je suis certainement heureux de lui avoir donné la chance de s’exprimer et de pouvoir prouver sa vraie valeur. Il a également couru avec nous l’année dernière dans le CEV et a terminé 2ème du championnat derrière Aldeguer, en gagnant les deux dernières courses. Disons que l’année dernière, il a beaucoup progressé en tant que pilote. »

Bien sûr, il y a toujours une dose de risque lorsque vous faites entrer un coureur dans le championnat du monde, dans ce cas à la mi-saison… « Nous avons changé de pilote parce que celui que nous avions avant ne poussait pas. Mon équipe veut toujours trouver des talents pour l’avenir, c’est notre mission. Le Moto3 et le Moto2 sont les catégories préparatoires pour aller au MotoGP. Quand je trouve des pilotes qui progressent, je suis toujours super content, ou plutôt tout le groupe l’est. Si nous voyons des gars qui ne progressent pas, à ce stade, il est préférable de changer. »

Alors comment se comporte Aldeguer ? « Il a pris un très, très bon départ cette année. Il était fort dans les courses non-européennes, mais quand nous sommes arrivés en Europe, il a eu un peu plus de mal, mais je pense que c’est juste un problème d’adaptation. Nous parlons d’un très jeune homme : quand les choses se passent bien, c’est facile, mais quand il y a quelques problèmes, il faut avoir l’expérience pour les gérer et en sortir vainqueur. Mais en général, je suis content, n’oublions pas la 5ème place en Allemagne, très proche du podium et à moins d’une seconde du vainqueur. En Hollande, il n’a pas connu une bonne course juste à cause d’un long tour, car en termes de temps, il était dans le top 5. Il faut mettre toutes les choses ensemble, mais il a 17 ans, il y arrivera. Néanmoins, bien sûr, un garçon qui fait, comme en Argentine, tous les tours en tête et ensuite la pole position… Alors les attentes sont toujours plus élevées. Il a chuté en course sans que ce soit de sa faute, mais c’est la course et on ne peut pas lui reprocher grand-chose, étant donné qu’il se battait pour gagner. Il réalise une très bonne saison, même s’il pourrait faire beaucoup plus. Mais n’oublions pas son âge. »

 

 

Quelles sont les forces et les faiblesses de vos pilotes ? « Je dirais que leur seul défaut est l’expérience, la croissance. En fin de compte, ce sont deux gars très intelligents avec beaucoup de talent : s’ils exploitent ces deux caractéristiques, ils peuvent réaliser des choses importantes à l’avenir. Quand ils auront terminé leur maturation, nous verrons les résultats, mais pour l’instant il est trop tôt. Nous parlons toujours de deux rookies dans le Championnat du Monde Moto2, un de 17 ans et un de 20 ans. »

Le Moto2 est désormais une catégorie dominée par Kalex, alors que Speed Up/Boscoscuro est le seul constructeur qui tente de briser cette domination… « Dans la « Coupe KALEX » (rires). La réalité est qu’ils ont beaucoup de coureurs. Mais si vous analysez les coureurs que nous avions avant et quand ils ont changé de moto, il n’y a pas eu d’amélioration. En fait, de mon point de vue, ils étaient même pires au niveau des résultats. Au final, pour moi, ce n’est pas une question de moto, même si sur le plan technique, nous sommes toujours compétitifs. Mais c’est le pilote qui, à mon avis, fait toujours la différence, il faut choisir la bonne personne. En regardant Kalex, bien sûr ils gagnent des courses, mais il y a aussi des coureurs qui sont derniers chaque dimanche… Alors quelle est la différence entre gagner et finir dernier ? Le pilote et l’équipe sont pour moi la priorité pour obtenir des résultats: s’ils sont forts, ceux-ci viendront. »

Deux Boscoscuro contre tant de Kalex, n’est-ce pas désavantageux en termes de développement ? « Nous pouvons faire la comparaison avec Suzuki, qui a remporté le championnat du monde il y a deux ans avec seulement deux pilotes. L’année prochaine, Yamaha n’aura que deux motos et sera certainement compétitive. Ou bien est-ce meilleur cette année avec quatre motos, dont trois sont « à l’arrêt » par rapport à Quartararo ? De cette façon, vous n’apportez pas beaucoup d’informations à Yamaha… Si vous voulez continuer le développement, vous devez avoir un groupe de pilotes comme Ducati, qui a au moins 4-5 pilotes forts. Sinon, vous n’apportez pas d’informations utiles parce qu’ils ne peut pas exploiter le potentiel dont ils disposent. »

Vous préférez donc une situation « à la Suzuki »… « Ou comment Yamaha sera l’année prochaine. Ou même comme Aprilia cette année, avec seulement deux pilotes et ils se battent pour le championnat du monde. Il est vrai que la moto est nécessaire, mais le pilote fait toujours la différence : c’est la beauté de notre sport. Si vous trouvez le bon coureur qui a un bon feeling avec l’équipe et qui peut exprimer son potentiel, alors vous développez aussi la moto. Bien sûr, tout le monde est différent, ce n’est pas que le set up d’un pilote soit bon pour un autre : quelqu’un est plus fort sur les freins, quelqu’un a besoin d’un meilleur feeling à l’avant… C’est une combinaison de choses. Si vous vous concentrez sur un seul pilote parce qu’il va bien, vous perdez les autres en cours de route. Notre travail consiste à mettre le coureur en position de faire la différence, en exploitant ses caractéristiques. »

Deux jeunes garçons dans l’équipe, mais ils font déjà des vagues. Quels sont les objectifs ? « Certainement de gagner ! Ils ont tous deux faim, c’est bien sûr le seul objectif de tout pilote qui veut aller en MotoGP, mais c’est aussi l’objectif de notre équipe. Et puis le dimanche, c’est vrai qu’il n’y en a qu’un qui gagne et nous sommes 30 dans la catégorie, donc il ne faut jamais baisser les bras et continuer à travailler dur. »

 

 

La prochaine manche aura lieu en Autriche, sur une piste partiellement révisée… « Oui, ils ont mis une chicane après le premier virage pour ralentir la ligne droite. Je pense que c’est juste une question de sécurité qui, je l’espère, sera payante. Mais ce n’est qu’en faisant le tour de la question que nous comprendrons s’il s’agit d’un véritable pas en avant ou non. »

Jusqu’où peuvent aller vos pilotes ?« Tous deux peuvent faire très bien, même s’ils n’ont jamais couru sur ce circuit en Moto2. Ensuite, il faut tenir compte de chaque petit détail : Si vous êtes un dixième ou deux plus lent, vous êtes déjà à la limite du top 10. J’espère que tout se passera bien et qu’ils poursuivront tous deux leur croissance. »

Avez-vous déjà pensé au MotoGP ? « Non, notre propos est une réalité viable en Moto2. Le MotoGP serait certainement un rêve; qui ne voudrait pas y aller ? Mais le faire juste pour participer ou pour lutter… Ce n’est pas ma vision actuelle. Vous avez besoin de compétences d’un tout autre calibre. »

En termes de pilotes, comment se porte l’Italie en ce moment ? « Nous avons de bons pilotes. Bastianini a, à mon avis, un grand talent, et j’espère qu’il pourra achever sa maturation et devenir l’un des coureurs de l’avenir. Bagnaia est donc un gars qui gagne déjà des courses et se bat pour le championnat du monde. Bezzecchi est un bon pilote, il n’a pas fait la différence en Moto2 mais j’espère qu’il pourra la faire en MotoGP. Je suis plutôt désolé pour ce qui arrive à Morbidelli: c’est très étrange de voir un pilote qui, il y a deux ans, se battait pour le Championnat du Monde et qui a maintenant des difficultés. C’est très, très étrange. »

Que pensez-vous des deux autres catégories ? « En Moto2, en ce moment, nous avons Vietti, qui grandit de toute façon. Il y a toujours des gars qui grandissent rapidement et d’autres qui prennent un peu plus de temps. Dans son cas, il n’est pas constant, et disons qu’il doit encore terminer sa croissance. En Moto3, nous avons Foggia : lui aussi fonctionne par intermittence, mais le talent ne manque pas. L’année prochaine, il passera en Moto2, donc nous verrons dans quelle mesure il pourra exploiter cela. »

Et qu’en est-il des nouvelles recrues, des jeunes en devenir ? « Pour l’instant, je ne vois pas la vie en rose pour nous, Italiens. Les pilotes que nous avons en MotoGP sont certainement forts, mais la nouvelle génération… comme ci, comme ça. Le seul coureur talentueux est Foggia et j’espère qu’il pourra le montrer à l’avenir. Pour le reste, nous n’avons pas de pilotes qui gagnent : lorsqu’ils arrivent en Moto3, on voit immédiatement ces derniers performer, en deux ans ils se battent pour le championnat du monde ou au moins gagnent des courses. Pour l’instant, nous n’en avons pas. »

Pourquoi, à votre avis ? « C’est difficile à dire. En ce moment, nous suivons également de près le JuniorGP, mais c’est toujours compliqué. Il est certain que pour les pilotes que nous avons, nous devons remercier VR46 pour son excellent travail, les gars qui concourent en MotoGP sont tous issus de l’Académie de Rossi. C’est dommage que cette opportunité pour les jeunes se ferme maintenant, c’est dommage pour moi, Italien. »

Vous voyez donc une période difficile pour le motocyclisme italien dans le championnat du monde… « Nous avons généralement eu de la chance, espérons que nous en aurons encore ! Il est vrai, cependant, que dans toutes les catégories, nous avons un peu de mal, il n’y a pas d’Italien qui émerge. En Moto3, j’espère que Foggia pourra rattraper ceux qui sont devant et être plus régulier. Il a le talent, je ne sais pas vraiment ce qui se passe quand il ne peut pas être régulier. La même chose en Moto2 en ce qui concerne Vietti. »

Lire l’article original sur Corsedimoto.com 

Diana Tamantini

 

 

 

 

Cet article Moto2 Interview Luca Boscoscuro : Alonso López et Fermín Aldeguer, le rêve de Speed Up. est apparu en premier sur Paddock GP.

×