MotoGP, Andrea Dovizioso définitivement sans regret : ça n’aurait pas mieux marché avec l’Aprilia qu’avec la Yamaha

Andrea Dovizioso n’a jamais été vraiment heureux sur une Ducati avec laquelle il a évolué durant huit saisons, alors qu’aujourd’hui elle ensemble satisfaire tous ses actuels huit pilotes en MotoGP. Il a toujours rêvé d’une Yamaha d’usine, ce qu’il a actuellement entre les mains mais hélas à une période de l’histoire de la M1 qui ne se donne plus qu’à un seul pilote : le Champion du Monde Fabio Quartararo. Enfin, il a été un moment du projet Aprilia en testant une RS-GP qui joue aujourd’hui le titre mondial. Mais Dovi n’a pas donné suite. C’est à se demander si le vétéran du plateau à 36 ans n’a finalement souffert de ne jamais avoir été au bon endroit au bon moment. A moins que ça ne vienne de lui ? A la fin de cette année, la question sera désuète puisqu’il prendra sa retraite. Il revient quand même sur sa parenthèse Aprilia…

Chez Aprilia, et depuis l’arrivée de Massimo Rivola en 2019, la RS-GP a trouvé la voie qui l’amène à présent à être une des machines les plus convoitées du MotoGP. Johann Zarco en la suivant y a vu une sorte de synthèse heureuse entre l’agilité de la Yamaha et la puissance de la Ducati tandis qu’au sein des troupes de Noale, l’état d’esprit a changé. Le patron du département compétition venu de la Formule 1 l’a d’ailleurs ainsi remarqué : « notre confiance a grandi. Nous avons commencé à croire davantage en nos capacités. Nous avons réalisé : « oui, nous pouvons le faire ! ». Je dois admettre que c’était une découverte importante pour l’avenir ».

Un avenir qu’Andrea Dovizioso n’a pas vu venir. Il est pourtant monté un temps dans le bateau de Noale qui ressemblait déjà à l’époque de moins en moins à une galère. Mais après des tests, il a décidé de s’engouffrer chez Yamaha lorsque la porte s’est ouverte avec le départ fracassant de Maverick Viñales… Aujourd’hui chez Aprilia. Justement, sans le mentionner directement, Dovi fait remarquer que l’embellie au sein de la marque italienne ne concerne qu’un seul côté du box : celui d’Aleix Espargaró : « il a commencé avec Aprilia dans une situation défavorable, avec un gros déficit, ils ont travaillé et beaucoup souffert, réussissant à devenir compétitifs en MotoGP. Ce n’est pas très différent de mon histoire chez Ducati » lit-on du pilote sur Corsedimoto.

Andrea Dovizioso : « Aleix Espargaró pilote correctement l’Aprilia, ses caractéristiques correspondent parfaitement à la moto« 

L’aîné de Pol qui souffre chez Honda Repsol a su imposer un style de pilotage très particulier qui lui permet de maîtriser l’Aprilia RS-GP. « Il fait tout sur la roue arrière, la moto offre une bonne adhérence et il a trouvé comment l’arrêter. Il utilise beaucoup le bord du pneu, aussi bien en entrée qu’en sortie de virage », explique Andrea Dovizioso. « Ce n’est pas un pilote qui essaie de sortir de façon serrée et de redresser la moto pour économiser le pneu ou pour accélérer. Il roule très fort, parvient à arrêter la moto et passe les virages. La méthode est très étrange, mais ça marche… Ça a un feeling parfait, alors maintenant c’est une bombe ».

Avec cette analyse, il sous-entend que c’est encore un style particulier auquel il ne se serait pas adapté, à l’instar de ce qu’il vit actuellement sur une Yamaha qui se plie aux exigences de Fabio Quartararo… « J’ai toujours dit que le projet avait une bonne approche, que l’adhérence et la puissance étaient bonnes. La base est très bonne. Mais d’une bonne base à un prétendant au titre, vous devez toujours faire un certain type de travail et cela dépend toujours de la combinaison de pilote et de la moto. Et Aleix – a conclu l’ancien pilote Ducati – pilote correctement l’Aprilia, ses caractéristiques correspondent parfaitement à la moto ».

Cet article MotoGP, Andrea Dovizioso définitivement sans regret : ça n’aurait pas mieux marché avec l’Aprilia qu’avec la Yamaha est apparu en premier sur Paddock GP.

×