img

MotoGP : Marc Marquez dit tout dans une lettre poignante où on en apprend beaucoup

Dans une lettre portant entête Repsol Honda, Marc Marquez se laisse aller à la confidence sur son état, son opération et sa vision du quotidien depuis qu’il traine cette grave blessure au bras droit. Ce dernier a été opéré quatre fois et la façon dont les choses se présentent après cette dernière intervention permet d’espérer que ce scénario envisagé par l’octuple Champion du Monde dans les moments les plus sombres de ses précédentes convalescences est définitivement à écarter : prendre une retraite anticipée. Une confidence qui n’est pas la seule dans cette missive à la sincérité poignante…

Marc Marquez émeut en cette période estivale qui appelle à l’insouciance. C’est l’effet d’une lettre où chaque passage est une confidence sur sa souffrance, ses doutes, mais aussi son actuel soulagement qu’il espère pérenne, car rien n’est encore certain. Et le pilote revient de tellement loin, à le lire, que l’on comprend qu’il prenne les choses au jour le jour. Il parle aussi de ses soutiens parmi ses pairs et ainés, réitère son « point de référence » qui est le tennisman Rafa Nadal et, bien sûr, embrasse ses fans pour leur énergie et leur indéfectible soutien. Une leçon de vie comme seul ces immenses champions savent exsuder.

Après l’opération d’il y a quelques semaines, qui s’est heureusement déroulée avec succès, Marc Marquez a posté cette longue lettre à ses fans et passionnés de MotoGP, via le blog officiel de Repsol Honda. « Bonjour tout le monde ! Ça fait un moment que je ne suis pas venu ici, mais je ne vous’ai pas oublié. J’ai reçu tellement de messages d’encouragement de votre part et ils sont appréciés, surtout dans des moments comme celui-ci. Je veux vous faire savoir comment j’en suis avec mon rétablissement ».

L’octuple champion du monde s’est dit confiant quant aux sensations qu’il a ressenties après l’opération et espère pouvoir reprendre la compétition dès que possible. La meilleure réponse qu’il a donnée à ceux qui pensent que son attitude est trop exagérée, a été d’admettre que sa motivation vient de la passion et de l’envie de revenir à la compétition à haut niveau ou du moins de s’amuser sur la moto, ce qui était pratiquement impossible ces derniers mois.

« L’idée que je devrais subir une autre opération était là depuis septembre de l’année dernière. Nous avons vérifié périodiquement mon bras pour voir l’évolution de la fracture après la troisième intervention chirurgicale. Lorsque la présaison est arrivée, je voulais me convaincre que je pouvais l’éviter, avec la phrase « Le pouvoir est dans l’esprit » comme devise. Mais en début de saison, je me suis rendu compte que les limites étaient très grandes. Mon idée était de concourir toute la saison en considérant que l’os n’était pas consolidé à cent pour cent dès la troisième opération, mais tout en connaissant mes limites et en cachant l’inconfort, pour éviter les questions quotidiennes. Seules les personnes les plus proches de moi étaient au courant de la situation ».

Marc a ensuite parlé de la période avant et après la chirurgie et de la façon dont il affronte les jours entre la relaxation et les premiers entraînements : « le moment décisif est venu autour du Grand Prix de France. Nous avons décidé de faire une nouvelle opération. La chirurgie aux États-Unis m’a beaucoup surpris, pour la façon dont ils ont planifié la période préopératoire et postopératoire. C’est très différent de l’Espagne. La période post-opératoire a été très rapide, j’ai été immédiatement libérée, autorisée à voler et j’ai pu rentrer chez moi. La préparation, en revanche, a été très soigneusement planifiée et tout a été fait bien à l’avance. Avant l’opération j’étais de très bonne humeur mais dans les heures qui ont suivi je me suis sentie plus mal, à cause de l’anesthésie et de la douleur. J’ai eu du mal pendant deux ou trois jours mais comme ce n’était pas la première fois qu’on m’opérait le bras et que je savais déjà ce que ça donnerait ».

Marc Marquez : « je ne me voyais pas faire de la moto encore longtemps, peut-être encore un an ou deux« 

L’Espagnol a ajouté qu’il se sentait mieux car il ne ressentait pas de douleur et il devra bientôt effectuer une radiographie pour ensuite évaluer la prochaine étape de la rééducation : « maintenant, je me sens plutôt bien, car il n’y a pas de douleur. J’ai toujours mon bras immobilisé et j’effectue des exercices légers de mobilité passive. Je me sens motivé, parce que je me sens bien, et j’ai hâte de commencer la récupération dès que les médecins me le diront, pour voir si mon bras fonctionne comme il se doit. Mon sentiment actuel est celui de l’espoir. À cause de la façon dont j’ai roulé et couru, je ne me voyais pas faire de la moto encore longtemps, peut-être encore un an ou deux. Après l’intervention à Rochester, il y a l’espoir de pouvoir continuer à courir sans douleur et de s’amuser sur la moto. J’attends la radiographie qui sera faite dans la sixième semaine. En fonction de l’évolution du résultat de cette radiographie, nous choisirons la voie de la récupération. En attendant, je profite de quelques vacances, parce que nous ne pouvons pas encore commencer la récupération à 100 %. En ce moment, même si j’ai l’impression d’avoir beaucoup de temps libre, je planifie bien chaque jour. Je me lève tôt et pars pour une heure et demie à pied. Ensuite, j’essaie de m’occuper avec des appels d’équipe, avec ma famille ou avec des choses autour de la maison. L’après-midi j’ai commencé à travailler doucement sur la partie inférieure du corps et un peu sur le bras gauche ».

En conclusion, l’octuple champion du monde a réitéré que la motivation vient de sa passion pour le sport et pendant cette période difficile, son point de référence était Rafa Nadal, puisque lui aussi, bien que pas à 100%, parvient toujours à être toujours compétitif : « parfois, je m’arrête pour penser à la motivation et dans mon cas, la seule conclusion à laquelle j’arrive est que la mienne vient de la passion et de l’enthousiasme. Cela me pousse aussi à réfléchir à l’objectif, qui est de prendre du plaisir et de concourir à un bon niveau, sans souffrir ni ressentir de douleur. Je dois dire que je ne suis pas seul sur ce chemin de la guérison. J’ai été soutenu par des pilotes comme Àlex Crivillé qui a vécu quelque chose de similaire, Alberto Puig qui est la personne avec qui j’ai le plus de contacts, car il est aussi le Team Manager du Team Repsol Honda et aussi par Mick Doohan car il a subi plusieurs blessures graves. Ce sont les personnes qui m’ont le plus recommandé et je les remercie pour leur soutien ».

« Il y a aussi un point de repère à Rafa Nadal car même quand les gens pensaient que c’était fini, il a su surmonter la douleur et gagner à nouveau. Je l’ai vu au Masters 1000 de Madrid. Je sais tout ce qu’il a souffert et c’est pourquoi il est une référence pour moi, car même s’il n’est pas à son meilleur niveau, il est capable de gagner des tournois comme Roland Garros. Je me souviens lors d’une conférence de presse qu’il a admis que la douleur avait changé son humeur, et je le comprends ».

Marc Marquez termine : « avant de vous dire au revoir, je tiens à vous remercier encore une fois pour le soutien que je reçois de vous tous. Je promets que je ferai tout mon possible pour concourir à nouveau et profiter des bons moments ensemble ».

Cet article MotoGP : Marc Marquez dit tout dans une lettre poignante où on en apprend beaucoup est apparu en premier sur Paddock GP.

×