MotoGP Street ou WSBK, pour le patron de Ducati, c’est toujours « créer des émotions, du divertissement et pas seulement vendre un produit »

Ducati fait sa grande messe mondiale sur le tracé de Misano dans le cadre de ses traditionnels WDW qui restent debout malgré une crise sanitaire dont on a oublié qu’elle était toujours d’actualité. Elle s’est ainsi rappelée aux passionnés de la marque résidents en Chine qui n’ont pu faire le déplacement en raison des restrictions imposées… La fête, dans ce contexte précaire comme à tous les points de vue, n’en est que plus belle, car elle est un défi, une posture que connait bien Ducati et que son patron Claudio Domenicali a rappelé avec passion.

Ducati en particulier, les autres marques italiennes dans son sillage et les constructeurs européens en général ont réussi à garder cette flamme, cette passion, ce soupçon d’insouciance dans un ensemble de responsabilités à assumer dans un monde d’après froid, clinique et dévitalisé, enfanté par la crise sanitaire et porté aux nues par d’autres marques d’un autre continent. Une sorte de révisionnisme en temps réel qui voudrait faire oublier que la moto n’est, au départ, qu’une affaire de passion, et non une question de mobilité.

Cette bataille des valeurs, le patron de Ducati Claudio Domenicali l’a déclinée dans un discours au WDW où s‘est mêlé l’histoire, les traditions, et aussi le nouveau monde avec ses impératifs. Ducati est dans l’ère du temps, mais ne renie rien. Dans ses propos repérés sur GPOne on peut d’abord lire cet acte de foi : « nous sommes ici pour célébrer notre communauté, le monde des fans de Ducati. Quand nous nous réveillons le matin, nous savons que nous avons une mission différente de la simple vente de motos. Nous voulons créer des émotions, du divertissement et pas seulement vendre un produit ».

« Nous sommes à l’ère du numérique, mais chez Ducati nous aimons toujours l’analogique« 

Il ajoute : « nous sommes à l’ère du numérique, mais nous aimons toujours l’analogique. Cela fait partie de l’esprit des fans de Ducati et aussi du nôtre. Nous sommes dans la Motor Valley, berceau d’entreprises telles que Ferrari, Ducati, Lamborghini, Pagani. Les entreprises les plus sexy du monde, ainsi que les plus beaux circuits comme Misano et Imola. Ici vous pouvez trouver la technologie, la passion ».

Des valeurs que certains voudraient que l’on oublie parce qu’elles seraient un handicap à l’avènement d’une nouvelle ère, mais Claudio Domenicali les contredit : « en 2021, Ducati a connu la meilleure année de son histoire, et même si cette année nous avons du mal à nous approvisionner en tant de matières premières, nous ferons probablement encore mieux. Le WDW est un événement conçu depuis longtemps et nous pensons aussi à la durabilité. Pour cette raison, nous allons montrer notre MotoE pour la première fois au public. Chaz Davies l’a testé et a dit que c’était une moto très amusante, peut-être même plus que la Superbike. Je l’ai essayée et après un demi-kilomètre vous oubliez qu’il s’agit d’une moto électrique. Bien sûr, il n’y a pas de son, mais il y a beaucoup d’autres choses uniques à apprécier sur cette moto ». Il y aurait peut-être un espoir, finalement…

Cet article MotoGP Street ou WSBK, pour le patron de Ducati, c’est toujours « créer des émotions, du divertissement et pas seulement vendre un produit » est apparu en premier sur Paddock GP.

×