MotoGP, crise Honda : Pol Espargaró pointe le vrai problème

Honda vit l’un des moments les plus difficiles de son histoire en MotoGP et Pol Espargaró pointe le vrai problème de la faible vitesse de réaction.

Par Luigi Ciamburro de Corsedimoto

Pol Espargaró a relevé le défi de piloter une Honda lors de la saison MotoGP 2021. Un contrat annoncé officiellement avant même le début du Championnat du Monde 2020, marqué par la pandémie de Covid et débuté en juillet. La première course du 20 juillet restera dans les mémoires avec l’accident de Marc Marquez. Au bout d’un peu plus d’un an, le choix de Pol s’est avéré faux : deux podiums en un championnat et demi, sans jamais voir de victoire.

A Assen, le pilote de Granollers a abandonné après la FP2 en raison des séquelles d’un accident subi au Sachsenring. Les douleurs aux côtes et les problèmes respiratoires l’ont obligé à anticiper la trêve estivale, en attendant une deuxième partie de championnat qui sera tout aussi difficile d’un point de vue sportif. L’étincelle n’a jamais jailli entre Pol Espargaró et la Honda RC213V et les routes sont sur le point de se diviser. 20 chutes en 2021, 10 en 2020, le pilote paye cher certaines erreurs commises lors du développement par les ingénieurs HRC.

Pol Espargaró : « il y a beaucoup de composants qui ne dépendent pas de nous, par exemple les pneus« 

Pendant la présaison MotoGP, la nouvelle Honda ressemblait à une autre moto, puis quelque chose s’est passé que Pol essaie d’analyser dans une longue interview avec ‘Mundo Deportivo’. « La moto du début de saison et celle en cours n’ont rien à voir là-dedans. Ni en termes de maniabilité ni techniquement. Je n’ai pas eu de chute pendant toute la présaison ! Lorsque vous commencez à avoir beaucoup de chutes, et qu’elles se produisent même lorsque vous êtes lent, quelque chose ne fonctionne pas, c’est un signe clair que quelque chose ne va pas bien. Et modifier la moto n’est pas si simple. Il y a beaucoup de composants qui ne dépendent pas de nous, par exemple les pneus… Je ne pointe pas du doigt Michelin, mais nous n’avons pas su nous adapter comme les autres constructeurs ».

Après la première course au Qatar, les quatre pilotes Honda sont tombés dans un cauchemar. Marc Marquez s’est déjà plaint lors des essais que le feeling avec le train avant n’était pas optimal, « mais il a dit qu’avec cette moto nous serions très bien partis. C’était la réalité que nous vivions à ce moment-là. C’est pourquoi nous avons été choqués quand les choses ont commencé à mal tourner ». L’arrêt du calendrier MotoGP va servir au constructeur pour trouver des solutions et réagir, mais réviser une façon de travailler n’est pas chose aisée. Une issue possible serait de transférer le département courses en Europe…

Selon Pol Espargaró, les problèmes sont en amont. « Le plus gros problème est notre vitesse de réaction. Nous sommes très lents. Nous avons des problèmes, nous les avons localisés, mais nous ne sommes pas en mesure de tester de nouvelles pièces. Depuis le Qatar, nous avons essayé un cadre différent, très similaire à celui que nous avions, et il en va de même pour un bras oscillant. C’est tout. Dans une situation aussi difficile, nous sommes en retard dans le système pour abaisser la moto en accélération, dans le développement aérodynamique, nous n’avons aucune adhérence. Et nous ne testons rien pour nous améliorer ».

Le nœud à résoudre serait au Japon, dans une philosophie de vie et de travail bien trop lente pour l’époque du MotoGP. « Je pense qu’ils ne devraient pas avoir peur de faire des erreurs ! La sécurité est une priorité pour eux, ils ne veulent rien tester qui puisse mettre en danger la sécurité du pilote. Je pense que c’est admirable et en tant que pilote je l’apprécie vraiment », a conclu Pol Espargaró. « Mais quand les choses tournent mal, il faut parfois risquer plus ».

Cet article MotoGP, crise Honda : Pol Espargaró pointe le vrai problème est apparu en premier sur Paddock GP.

×